RECAP’ JANVIER

Petit article mensuel qui récapitule tous mes films vus pour la première fois. J’omets les films revus (; Le petit « ✔ » à côté des titres sont les films que j’ai vu au cinéma, et sur chaque titre un lien vous enverra vers la bande-annonce.

Janvier

Les nouveaux sauvages Relatos Salvajes 2015 7/10
Gone girl David Fincher 2014 6/10
Exodus Ridley Scott 2014 4/10
Une heure de tranquilité Patrice Leconte 2014 4/10
Taken 3 Olivier Megaton 2015 2/10
Snow Therapy Ruben Östlund 2015 7/10
Forrest Gump Robert Zemeckis 1994 9/10
Wild Jean-Marc Vallée 2015 4/10

FotorCreated1

Les nouveaux sauvages: Ce film est composé de 5 petits sketchs. Chacun des personnages se retrouve dans une situation pénible des aléas de la vie quotidienne: un mec qui fait chier sur la route, un mec se fait embarquer sa voiture par la fourrière, une mariée qui découvre un secret… Tous vont péter un câble et ça donne quelque chose de très très bon à l’humour bien caustique. Ça fait du bien de voir des films comme ça de temps en temps, donc c’est un coup de coeur.

Gone Girl : J’avais loupé sa sortie au cinéma et c’est bien calé chez moi que j’ai visionné le FAMEUX DERNIER FINCHER (j’ai eu l’impression d’avoir raté ma vie parce que tout le monde en parlait et me demandait mon avis: « Quoi ???! Tu l’as pas vu ?? Mais… Pourquoi ? *regard méprisant* »). C’est désormais chose faite et je suis désolée hein, c’est pas faute d’avoir essayé de le trouver magnifiquement magnifique, mais booon, disons qu’il est beaucoup trop surévalué à mon goût. Tout le film repose sur le scénario et même s’il est bien, j’ai déjà vu mieux (par exemple Seven, pour citer un autre film de Fincher). Je n’ai pas vraiment réussi à rentrer dedans. C’est un bon film mais il ne mérite pas tout le foin qu’il a suscité. Ben Affleck est pour une fois parfait pour le rôle, car à chaque fois les gens lui reprochent de ne pas être assez expressif, et pour le coup dans Gone Girl, c’est ce qu’on lui demande. J’ai adoré Neil Patrick Harris qui arrive sans mal à se détacher de son image de Barney dans HIMYM, ça ne m’a absolument pas choqué de le voir dans un rôle très sérieux.

Exodus :  A chaque fois j’attends beaucoup de Ridley Scott, et à chaque fois je suis très déçue. J’adore les péplums, les reconstructions historiques et tout ce qui va avec. Qu’un film prenne des libertés avec le sujet de la religion ne me dérange absolument pas. Mais j’ai trouvé le film beaucoup trop long, dans la dernière demie-heure je regardais l’heure toutes les 5 minutes ! Christian Bale était trop lisse, par contre Joel Edgerton en Ramses était plutôt convaincant. Je reproche au film de ne pas être assez entré dans les personnages, on ne sait pas pourquoi ils changent d’avis, ni pourquoi ils font ce choix, et ça m’a agacé de ne pas comprendre leur évolution. En outre, Exodus ne peut se voir que sur grand écran parce que le travail visuel est gargantuesque. Je n’imagine même pas le temps qu’il a fullu pour tourner et monter tout ça. A part ça, déception x100. Je considère Ridley Scott comme périmé et désormais incapable de nous pondre un film avec un scénario correct.

Une heure de tranquilité : C’était l’instant beauf cinema du mois (; J’adore Christian Clavier (oui, j’ai été élevé avec Les Visiteurs et Astérix et Obélix en références filmiques) donc même si le film est plus que moyen, ça m’a fait plaisir de pourvoir le suivre en tant que personnage principal, tout le temps à l’écran. Et j’ai un amour profond pour Rossi de Palma, de son jeu à la femme qu’elle incarne dans la vraie vie. Ce film est tiré d’une pièce de théâtre et ça se sent, scénaristiquement et visuellement. Idéal pour le dimanche soir dans le canap’.

FotorCreated2

Taken 3 : ALERTE À LA BOUSE !!!! Mon Dieu ce que c’était nul. A tout point de vu. Le premier est génial génial, mais alors celui-là, EW. Je savais que le scénario allait être moyen, mais pas merdique à ce point, genre: lui c’est le méchant mais en fait non, c’est une ruse, c’est l’autre le méchant, il t’a bien eu. Mais bref passons, car qui dit Taken dit baston !! YEAH !!… Et bah non, là non plus ça marche pas ! C’était hypra mal filmé, avec des petits cadrages et des mouvements trop rapides qui donnent envie de vomir (vraiment, j’ai dû fermer les yeux aha) et qui rendent la scène incompréhensible pour le spectateur. Vu que ce sont des petits cadrages, on ne se rend pas compte de ce qui se passe dans son ensemble. Par exemple, il y a une scène de carambolage mais je n’ai rien compris du tout parce que la caméra passait d’une voiture, à une autre, puis à des débris, puis à la route, puis au conducteur pour revenir sur une voiture, tout ça en 5 secondes. Je ne comprenais pas où était la voiture par rapport à l’accident, ni d’où venait le problème. Des hauts le coeurs je vous dis. J’allais pas bien.

Snow Therapy: Le film d’auteur par excellence. Une famille en vacances au ski se trouve confrontée dans une petite avalanche, rien de bien méchant mais ils ont eu très peur. Le père de famille s’est barré tout seul en laissant sa femme et ses enfants se débrouiller, sauf qu’il ne veut pas se l’avouer. S’ensuit alors des prises de têtes et des moments assez cocasses. Moi qui reprochais à Exodus de ne pas entrer dans la psychologie des personnages, là je suis plus que servie. Une semaine après, je ne sais toujours pas si j’ai bien aimé ce film… J’ai l’impression qu’il manque un truc pour que je sois conquise.

Forrest Gump: C’est le film qu’on a tous vu 3 fois au moins. Dont moi, mais j’ai eu la chance de le revoir au ciné avec une amie, et il fallait que j’en parle. Voir Forrest Gump dans une salle de cinéma, sur grand écran, sans aucune distraction possible, permet une immersion totale et de vivre pleinement le film. Déjà que je trouvais qu’il était très beau, maintenant je sais que c’est un des plus beaux films qui existent. Les autres personnes présentes dans la salle pourront aussi le dire, vu que la moitié était en larme. J’ai redécouvert ce film et c’était un moment intense.

Wild: Après avoir vécue dans la déchéance, Cheryl, entreprend une randonnée de 1700 kilomètres. Ce film est tiré d’une histoire vraie. Ce voyage est une sorte de thérapie pour cette femme, mais cet aspect-ci n’est pas assez exploité. L’enjeu psychologique est trop faible, ou trop peu montré. J’ai l’impression que la bande-annonce résume tous les moments de sa vie passé, pas plus; on n’a pas le droit à d’autres images dans le film, et par conséquent ça m’a gavé de la voir marcher marcher marcher, en attendant quelque chose d’autre qui n’est point venu.

SignatureKarel

Publicités