Cinema #4 Récap’ Août

Petit article mensuel qui récapitule tous mes films vus pour la première fois. J’omets les films revus (; Le petit « ✔ » à côté des titres sont les films que j’ai vu au cinéma, et sur chaque titre un lien vous enverra vers la bande-annonce.

Août

Lucy Luc Besson 2014 7/10
Lost in translation Sofia Coppola 2004 8/10
La planète des singes: L’affrontement Matt Reeves 2014 7/10
La crème de la crème Kim Chapiron 2014 6/10
L’amour est un crime parfait Jean-Marie & Arnaud Larrieu 2014 3/10
Black Storm Steven Squale 2014 2/10
Un château en Italie Valéria Bruni Tedeschi 2013 6/10
States of Grace Destin Cretton 2014 5/10
Tomboy Céline Sciamma 2011 5/10
Maestro Léa Fazer 2014 7/10
Les combattants Thomas Cailley 2014 6/10
Le rôle de ma vie Zach Braff 2014 7/10
Braindead Peter Jackson 1993 9/10
3 coeurs Benoît Jacquot 2014 7/10
Sur la route de Madison Clint Eastwood 1995 7/10

Fotor 1

Lucy : Ma critique sur le blog

Lost in translation : Histoire des plus simplistes, l’errance de deux personnages dans une ville où la culture est différente. Un Bill Murray plutôt âgé et paumé, une Scarlett Johansson jeune et aussi paumée vont se tenir compagnie. C’est contemplatif, beau, tendre, et d’une agréable langueur.

La planète des singes, l’affrontement : Je dois être l’une des seules à avoir d’avantage apprécié celui-ci que le précédent. Je n’ai pas vu le temps passé, les dialogues étaient très bien construits pour un blockbuster. Le scénario est vu et revu, d’accord, mais très bien tourné. Et ça y est, la technologie en matière d’effets spéciaux permet de ne plus différencier le réel du fictif. Bluffant.

La crème de la crème: 3 jeunes en école de commerce montent un réseau de prostitution. Bien que le terme ne soit jamais employé dans le film. Histoire très bien pensée, mais pas ouffissime non plus.

L’amour est un crime parfait: Très très déçue de ce film. La bande-annonce m’avait intriguée et Mathieu Amalric étant un de mes acteurs fétiche, je me suis lancée dans le visionnage avec bien trop d’enthousiasme. J’ai vite déchanté; c’est plat, un peu bizarre sans qu’on comprenne pourquoi et la fin est décevante. Flûte.

Fotor 2

Black Storm:  Je savais que j’allais voir une daube. C’était pour faire plaisir à mon papa que je suis allée au ciné, parce que lui, il adore les films à grand spectacle (2012, Le jour d’après…). Bah y’a que ça, point.

Un château en Italie: C’est une autofiction, genre bobo-intello. Bobo-intello, moi j’aime ça. Malheureusement, tout est un peu fouillis. On se retrouve dans des situations tragiques puis tout à coup, dans des situations burlesques. J’ai pas compris ce que ça venait faire là, et en quoi ça a servi le film. Je n’ai pas compris l’intention. (Pour tout vous dire, j’ai uniquement regardé le film pour Louis Garrel aka La 7ème merveille du monde pour mes petits yeux. Oui oui, je suis faible).

States of Grace: Ça fait du bien au coeur ce genre de film, mais j’en attendais vraiment plus. Trop prévisible.

Tomboy: Une petite fille qui se fait passer pour un garçon dans sa nouvelle bande de copain. C’est français, c’est mignon, c’est tout.

Maestro: Un acteur fan de Bruce Willis est embauché pour jouer dans un film d’auteur. On voit l’envers du décor, comment ça se passe du côté des acteurs, réalisateur, costumiers, producteur… C’est aussi l’histoire d’un passage dans le monde des adultes, tout en simplicité, sans prétention et avec une photographie admirable.

Fotor 4

Les combattants: Une fille se prépare pour survivre à la fin du monde et rencontre un jeune homme, qui s’enrôle avec elle dans l’armée. C’est très drôle, mais ça ne m’a pas transcendé. Peut-être que je n’ai pas réussi à passer au-dessus de mon agacement pour cette actrice. (Je ne la supporte pas. Et en plus il y avait un mec bizarre assit à-côté de moi dans la salle, qui a commenté touuut le film avec des « aïe aïe aïe » « erk c’est dégueu », « ahaha ils sont con »…)

Le rôle de ma vie: Prend une tranche de vie et ressers-toi. Je suis ressortie de la salle le coeur gonflé à bloc et le sourire aux lèvres.

Braindead:  Un classique de base. Troisième film de Peter Jackson (Le Seigneur des Anneaux) avec des zombies, du sang à profusion et des intestins à la pelle. Il faut prendre ce film au millième degrés, c’est tellement ridicule que c’est drôle. J’ai énormément ri et me suis posée inlassablement la question: « Mais qu’est-ce que c’est que ce film ? ». Et quand je me pose cette question, c’est que c’est dans la poche. Ce film va rester une référence pour moi.

3 coeurs: Ma critique sur le blog.

Sur la route de Madison: Meryl Streep est grandiose, c’est pas nouveau. L’histoire d’amour est très bien amenée, mais je l’ai pris comme un film pour les ménagères névrosées qui rêvent d’une autre vie.

 SignatureKarel

Publicités